lundi, novembre 19, 2018
Banner Top

Jour 10 : Une colombe fait le deuil

Verset de Référence

« Je gémissais comme la colombe ; mes yeux s’élevaient languissants vers le ciel : O Éternel ! Je suis dans l’angoisse, secours-moi ! »

Ésaïe 38 v.14 LSG

Une colombe fait le deuil

La colombe est le seul de tous les oiseaux qui fasse le deuil.1

 

 

Je peux vous assurer que s’il est une complainte insupportable à l’ouïe, c’est bien le gémissement d’une colombe en deuil.

 

 

Quand Il l’eut goûté, Il ne voulut pas boire2

 

Notre sinistre tâche étant achevée, mon Oncle s’assit sur la table de la terrasse pour siroter sa bière.

 

  • « Je vais t’expliquer quelque chose mon bonhomme, pour que tu comprennes bien. Lorsqu’une colombe perd sa paire, sa tristesse provoque la sécrétion d’un acide gastrique si amer qu’elle ne peut ni ingérer, ni le supporter. Ce sont des aigreurs au niveau de son jabot qui vont la tuer aussi certainement qu’un poison fait son œuvre, doucement mais sûrement. »

 

Mon Oncle baissa la tête comme pour mieux me regarder. Fronçant les sourcils, il fit glisser ses lunettes au beau milieu de son nez et insista, les yeux droits dans les yeux :

 

  • « Si un jour t’as des colombes « min ch’tiot quinquin » et que tu dis les aimer, tu devras faire ton travail d’homme. Je t’ai montré comment faire, elle ne souffrira pas. Un couple de colombes ça vit ensemble, et sa meurt ensemble, t’as compris ? »

 

Il y a des breuvages qu’on ne veut pas boire. Le deuil en est un.

 

La déchirure

 

Jésus d’abord poussé au désert par le Saint-Esprit3 le sera aussi jusqu’à la croix. Juste avant, au jardin de Gethsémané, la Bible ne cache pas que Jésus fit tout ce qu’Il put pour que cette « coupe » s’éloigne de Lui. Ce fiel amer qu’Il sait devoir boire jusqu’à la lie, poison insupportable, venin indigeste, le pire de tous les châtiments, douleur extrême de ses entrailles, allait prendre la forme d’une double déchirure : Sa séparation d’avec Dieu et Sa séparation d’avec nous, Ses enfants.

 

Il est insupportable pour le Seigneur, maintenant que nous avons été gagnés à un si grand prix, d’imaginer vivre sans nous. Comme la crucifixion a eu lieu à Golgotha, qui signifie le lieu du crâne, quitter Dieu c’est Lui enfoncer à nouveau dans le crâne les épines les plus pointues, les plus venimeuses.

 

Il en va de même pour nous qui avons connu Son grand amour. Le désavouer revient à dégurgiter une bile dont on ne sort pas indemne. À qui irions-nous4 ? s’étrangla Pierre, après qu’il ait pu rejeter ce fiel. « Lorsque mon cœur s’aigrissait, et que je me sentais percé dans mes entrailles », confessait le psalmiste, « j’étais stupide et sans intelligence… » puis, revenant bien vite au colombier, « quel autre ai-je au ciel que toi ? Et sur la terre, je ne prends plaisir qu’en Toi.5 »

 

S’attacher à l’un, c’est faire le deuil de l’autre

 

Mais s’il y a des deuils insupportables, il y a aussi des deuils profitables.

 

Ces deuils profitables que nous sommes invités à faire de tout cœur, avec la joie du Saint-Esprit en nous, sont les deuils de l’amour de l’argent, de l’attachement au monde et au péché, ceux des mauvaises habitudes et des amitiés moqueuses6. Un jour certes, il n’y aura plus de deuils à faire7. Il n’y aura que de la vie, lorsque la mort aura disparu ; mais en attendant, il nous faut choisir.

 

Or, décider c’est faire un deuil.

 

Dire oui à une épouse, c’est renoncer à toutes les autres ; décider de travailler dans une entreprise, c’est décliner l’offre des autres ; dire oui à la vie de Dieu, c’est dire non à la vie du monde.

 

Mais « alors les jeunes filles se réjouiront à la danse, les jeunes hommes et les vieillards se réjouiront aussi ; Je changerai leur deuil en allégresse, et Je les consolerai ; Je leur donnerai de la joie après leurs chagrins.8 »

 

Maintenant que tu as fait les bons choix, entends-tu sur les hauteurs de Sion, la Colombe fredonner ?

Prière :

« Seigneur apprends-moi à faire les bons choix et pour ce faire, à faire les bons deuils, de tout mon cœur et avec bon cœur. Mon cœur, c’est Toi désormais. Je t’aime. »

 

Références :

RÉFÉRENCE :

 

1 Cette affirmation est faite avec réserves que sont celles de l’état actuel de mes recherches. Si un spécialiste ornithologue a une autre information à ce sujet, je le remercie de tout cœur de bien vouloir m’en faire part.

2 Matthieu 27 v.33-35 : « ils lui donnèrent à boire du vin mêlé de fiel… »

3 Luc 4 v.1-2 : « Jésus (…) fut conduit par l’Esprit dans le désert… »

4 Jean 6 v.68 : « À qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle. »

5 Psaume 73 v.21-25.

6 Psaume 1 v.1 : « Heureux l’homme (…) qui ne s’assied pas en compagnie des moqueurs. »

7 Apocalypse 21 v.4 : « Il essuiera toute larme de leurs yeux (…) et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur… »

8 Jérémie 31 v.13 : « Je changerai leur deuil en allégresse… »

Ce message vous a plu ? Partagez-le à vos amis.

Ce message vous a plu ? Merci de nous donner votre évaluation :
Envoi
User Review
3.5 (4 votes)

SOYONS EN CONTACT

SOYONS CONNECTÉS

GOOGLE PLUS

INSTAGRAM

LINKEDIN

YOUTUBE