samedi, février 16, 2019
Banner Top

Jour 8 : Car l’Éternel m’a oint

Verset de Référence

« L’Esprit du Seigneur, l’Éternel, est sur moi,

Car l’Éternel m’a oint

Pour porter de bonnes nouvelles aux malheureux ;

Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé,

Pour proclamer aux captifs la liberté,

Et aux prisonniers la délivrance. »

Esaïe 61 v.1

Car l’Éternel m’a oint

Vous êtes Mes brebis !

 

Je me suis souvent interrogé sur affirmation cette de Jésus. Pourquoi Sa Parole ne nous compare-t-elle pas -nous autres humains- à des lions, des mustangs ou de splendides guépards ? C’est certainement que, parmi tous les animaux que Dieu a créés, les brebis ont des caractéristiques qui nous ressemblent étrangement le plus…

 

Ainsi une brebis est assez bête mais n’y pense pas, elle ne sait pas se défendre et garde la tête baissée face au le danger, un danger qu’elle voit rarement venir. Elle est distraite mais se croit concentrée à la tâche, elle n’a pas le sens de l’orientation donc elle se perd facilement mais voudra toujours s’écarter du troupeau. Elle se dispute souvent, elle bêle (râle) tout le jour, a facilement peur et panique face à un prédateur, une brebis ne réfléchis pas beaucoup et ne voit souvent pas bien loin, pas plus loin que son pré-carré.

 

Un pré-carré qu’elle broute à n’en plus pouvoir surtout pour en prendre plus que les autres ; elle a peu le discernement de ce qu’elle peut manger ou pas mais y voyant sa chance, cette dernière n’arrêtera pas de se goinfrer de trèfles, peu importe qu’elle en gonfle à en mourir. C’est ce que font aussi ceux des humains qui s’imaginent que leurs frêles connaissances qui les enflent font de meilleurs traits d’esprit que Celui du Seigneur… En cas de gros « pépin » pourtant, une brebis est rassurée par la voix de son Berger1, une voix qu’elle oublie aussi vite possible pour n’en faire qu’à sa tête dès qu’elle est remise sur pieds.

 

Un tendre soin

 

Malgré tout, Jésus, notre Bon Berger nous aime tendrement. Il nous aime tellement qu’il a donné Sa propre vie pour nous2, pour qu’aucune de Ses brebis ne se perde, pour qu’elles sachent jouir d’une belle vie ici-bas et surtout, pour qu’elles puissent avoir la vie éternelle, là-haut, sur la montagne Sainte3.

 

Afin que la transhumance des brebis retrouvées se passe à merveille, qu’elles puissent parvenir en entiers sur les célestes et éternels pâturages où elles pourront brouter à cœur joie autant qu’elles voudront de Psoralea bituminosa, cette plante un peu grasse à la fleur bleue que les bergers appellent « engraisse-mouton », le chef-berger nous forme, nous qui sommes sauvés, et nous transforme aide-bergers, nous, oui…  Chacun de nous…

 

Au temps des rois de France, un berger ne pouvait pas s’occuper de plus de 50 brebis à la fois. Si le troupeau était plus grand, ils devaient partir à plusieurs. Car un bon berger doit connaître chacune de ses brebis et doit pouvoir les appeler par leur prénom et discerner immédiatement chacun de leur besoin sans être absent au moment où un danger se présente. Rien n’importe plus à un berger que son travail soit valorisé par des résultats pratiques, directement mesurables, comme le nombre et le poids de ses agneaux, l’état corporel et psychologique de ses brebis4.

 

Pais mes brebis

 

A Pierre qui venait d’être confronté publiquement et sans ménagement à ses propres insuffisances (et à tous les autres plus tard qui avaient tous fui5), Jésus ressuscité, apparaît (comme il se révèle aussi à nous aujourd’hui) pour lui confier la plus merveilleuse des missions terrestres : Celle de prendre soin des gens. Car il n’y a pas de plus belle vie, il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour Ses brebis…

 

Si tu m’aimes, nous dit Jésus, aies compassion6… pais Mes Brebis7

Prière :

« Mon cher Seigneur, combien de fois demandes-tu à tes enfants de t’assister dans ce travail de prendre soin et d’aider ceux qui souffrent. Il suffit d’un cœur aimant et de ton onction que tu nous donnes librement et avec générosité. Merci car l’Esprit du Seigneur, l’Éternel, est sur moi, Car l’Éternel m’a oint pour porter de bonnes nouvelles aux malheureux ; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour proclamer aux captifs la liberté, et aux prisonniers la délivrance… Je suis volontaire, compte-moi au nombre de tes aides bergers, dans ta caravane… Alléluia ! Amen ».

Références :

  • 1 Jean 10 v.3-4 Le portier lui ouvre, et les brebis entendent sa voix ; il appelle par leur nom les brebis qui lui appartiennent, et il les conduit dehors. Lorsqu’il a fait sortir toutes ses propres brebis, il marche devant elles ; et les brebis le suivent, parce qu’elles

    connaissent sa voix.

    2 Jean 10 v.11 Je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis.

    • 3 Jean 3 v.16 Car Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné son Fils unique afin que quiconque périsse, ne périsse point mais ait la
    • vie éternelle.

    4 Jean 10 v.14

Ce message vous a plu ? Partagez-le à vos amis.

Ce message vous a plu ? Merci de nous donner votre évaluation :
Envoi
User Review
4.67 (3 votes)

SOYONS EN CONTACT

SOYONS CONNECTÉS

GOOGLE PLUS

INSTAGRAM

LINKEDIN

YOUTUBE