dimanche, novembre 17, 2019
Banner Top

Jour 4 : Prévenir des insectes

Verset de Référence

« Jusqu’à ce que le Roi parvienne à son enclos,

Mon nard exhale Son parfum. »

Cantique des cantiques 1 v.12 (Semeur).

Prévenir des insectes

Même si, sous le soleil brûlant, les cheveux au vent et le visage baigné de lavande, elle était en train de chevaucher un fier mustang blanc sur les étourdissantes étendues marécageuses des rebelles maquis provençaux, une mère aimante n’en oublierait pas -pour autant- d’appliquer à ses bambins une lotion anti-moustiques. Car elle sait que :

 

La jouissance savourée avec immaturité est le sang de la souffrance.

 

La prévention. C’est d’abord pour cela que les bergers oignaient d’huile la tête de leurs brebis car les moustiques sont attirés par les effluves de Co2, d’acide lactique ou de sueur1. Ces huiles essentielles qui contenaient des substances -telles que des pelures de citron- que détestent les insectes, permettaient de soulager les piqûres mais servait surtout d’insectifuge2.

 

Tragiquement, ces bombardiers sanguinaires ont pour habitude de pondre juste dans le creux des narines des brebis ou, plus rarement, dans leurs oreilles. Puis, lorsque les larves se développent, elles se mettent à pulluler et à fourmiller tellement que pour s’en départir, les moutons se ruent à pleins sabots contre des troncs d’arbres où ils se cognent la tête de coups si puissants et répétés qu’ils risquent d’en devenir fous ou, pis-encore, d’en mourir.

 

Prises de tête

 

Des larves spirituelles, émotionnelles ou charnelles, nous pouvons tous en avoir. D’aucuns se sentent impuissants à les enlever eux-mêmes, comme c’est le cas pour ces pauvres moutons qui, du coup, se désespèrent et ne peuvent plus profiter de rien. On peut vouloir s’en accommoder, les amadouer ou penser qu’elles sont là, permises par Dieu, mais elles seront toujours contre nature, contre notre nature… mais surtout contre la nature de Christ en nous3.

 

Ces comportements, comme de petites chenilles, auxquels on ne prête pas garde, auxquels on s’habitue, nichent en secret au fond de notre intellect. Elles ont pu être déposées dans les narines de nos croyances par notre éducation, notre culture, nos lectures, nos recherches, nos convictions propres, nos études, par les films que nous avons regardés ou bien encore, par les conseillers et professeurs que nous avons admirés et dont nous reproduisons les postures par mimétisme. Comme un mouton imite en permanence le comportement de ses congénères, ainsi faisons-nous fréquemment, lorsque nous sommes plongés en société. Quand bien même nous voudrions le nier, il en est souvent ainsi.

 

Il est des endroits où il faut beaucoup de courage pour rester soi-même.

 

Devenus petits péchés mignons qu’on a laissé prendre en maturité sur les parois caverneuses de nos désirs inassouvis, ces asticots se transformeront bien vite en d’intenables et féroces nuisibles.

 

La trousse de secours

 

Mais notre Bon Berger est là pour nous ! Il a la puissance et la connaissance pour les enlever. Arrivé à notre enclos4, il veut nous opérer sans plus tarder en commençant par oindre notre tête d’une huile de joie5, d’un parfum d’allégresse, d’une substance de sainteté, pour que notre nard exhale son parfum et fasse fuir les insectes en tous genres, sans oublier, leurs nauséabondes progénitures. Si le mal est fait, nous pouvons compter sur sa dextérité et sur son doigté d’habile chirurgien, Il nous en délivrera, car Il est notre secours6 et Sa Parole est notre trousse de secours.

 

Indomptables ! Sont les inclinaisons qui croupissent au fond de nos secrets…

Prière :

« Mon cher Seigneur, sonde mon cœur, et purifie-moi. Fais par ta main d’amour ce que mes coups de tête ne pourront jamais parvenir à réaliser. Opère-moi, libère-moi, délivre-moi, sanctifie-moi, de toutes ces tendances qui m’assaillent et qui voudraient m’empêcher d’être heureux. Amen. »

 

Références :

1 Francesca Alongi   Treize plantes pour éloigner les moustiques – Le Figaro – Art du 3 juillet 2015.

2 Un cadeau utile pour vous : Liste de plantes répulsives : La citronnelle (Cymbopogon citratus), le géranium rosat (Pelargonium graveolens), la cataire (Nepeta cataria), Le lantana (Lantana camara), le tagète des décombres (Tagetes minuta) cousin de l’œillet d’Inde, la lavande (Lavandula angustifolia),  un pot de basilic, les fleurs de millepertuis ou de souci (Calendula officinalis) préalablement macérées dans de l’huile d’olive, de noisette ou de sésame,  le plantain (Plantago lanceolata, major, ou coronopus), des ballotins de feuilles de sauge séchées, les feuilles du margousier ou neem (Azadirachta indica).  L’huile extraite des graines de cet arbuste est en effet un puissant insecticide, L’arbre à thé (Melaleuca alternifolia), l’eucalyptus citronné (Corymbia citriodora).

3 Colossiens 1 v.27  Christ en vous, l’espérance de la gloire.

4 1 Pierre 2 v.25 Car vous étiez comme des brebis errantes. Mais maintenant vous êtes retournés vers le pasteur et le gardien de vos âmes.

5 Esaïe 61 v.3 Pour accorder aux affligés de Sion, Pour leur donner un diadème au lieu de la cendre, Une huile de joie au lieu du deuil, Un vêtement de louange au lieu d’un esprit abattu, Afin qu’on les appelle des térébinthes de la justice, Une plantation de l’Éternel, pour servir à sa gloire.

6 Psaume 38 v.23 Viens en hâte à mon secours, Seigneur, mon salut !

Ce message vous a plu ? Partagez-le à vos amis.

Ce message vous a plu ? Merci de nous donner votre évaluation :
Envoi
User Review
5 (4 votes)

SOYONS EN CONTACT

SOYONS CONNECTÉS

GOOGLE PLUS

INSTAGRAM

LINKEDIN

YOUTUBE